Mathieu Janin 2.0

Un collège secondaire aux dernières normes grâce à la solidarité régionale

Lundi 13 Février 2017

Une fête d’inauguration marquée par la présence du soleil et d’un public nombreux. L’ASIJ a fêté, samedi dernier, à Mézières la concrétisation de son premier projet scolaire avant l’inauguration du nouveau collège de Servion cet automne.


Une fois n’était pas coutume en cette période ou le gris ambiant peine à céder sa place aux rayons de soleil, Jean Rosset a régné en maître durant la fête d’inauguration de l’extension du collège secondaire de Mézières. Signe de bonne augure ou hasard météorologique, ses rayons ont incité le public à se déplacer en grand nombre pour visiter ces nouveaux lieux, assister aux discours de la partie officielle dans l’aula du collège et déguster les délicieux petits plats préparés par la brigade de Jérome Bovet dans la cuisine du réfectoire flambant neuf de la nouvelle extension du Collège du Raffort et généreusement servi par les paysannes vaudoises.

Premier orateur de la journée, Etienne Cherpillod, président du comité directeur de l’Association Scolaire Intercommunale du Jorat (ASIJ) a exprimé son désir de retourner sur les bancs d’école, tant la vue des nouvelles classes sur les montagnes enneigées et Le Moléson est belle. Comparant le développement scolaire du Jorat à un gâteau aux pommes, il a invité chaque intervenant à en manger une tranche et a assuré l’assistance que le budget de construction de 6,7 millions de francs ne sera pas dépassé.

Pierre-Olivier Lettry, directeur de l’entreprise générale Bat-Mann maître d’œuvre du projet, a ensuite dévoilé sa véritable motivation d’avoir entrepris la construction du projet. Domicilié sur les hauts de la commune de Savigny à Mollie-Margot et client régulier de la confiserie « Ronny » de Mézières, ce dernier circulait devant le complexe scolaire depuis plusieurs décennies et aurait eu beaucoup de peine si l’un de ses concurrents avait remporté l’adjudication. Il a souligné l’excellente intégration de la nouvelle extension dans l’ancienne construction : « - on dirait même que cette extension avait déjà été pensée à l’origine de la planification du site. » et s’est félicité du bon esprit d’entreprise régnant dans la région puisque plusieurs nouvelles constructions sont en cours de planification et de construction dans les communes de Servion et de Jorat-Mézières (Carrouge).

Quant au directeur de l’établissement scolaire, Gérald Morier-Genoud, c’est un homme heureux, fier et reconnaissant qui s’est exprimé ensuite. Il a rappelé que cette première étape importante d’une démarche a été initiée il y a une décennie par des acteurs politiques régionaux, prêts à s’investir, pour que l’école puisse remplir sa mission dans des conditions optimales, afin d’offrir une structure répondant aux besoins des quelque 1500 élèves secondaires de la région.

L’interlude artistique nécessaire à la bonne digestion de toutes ces paroles officielles a été assurée par la chorale du Petit chœur de l’Etablissement scolaire du Jorat et sa cinquantaine d’élèves choristes, dirigés par Céline Bohner et accompagné au piano par Blaise Mettraux. Ce chœur plein d’énergie et de vie a offert au public quelques extraits de leur futur concert qui sera donné au mois de juin prochain avec des tubes de Gold, Demis Roussos et Michel Fugain, pour ne citer que trois interprètes bien connus de leur répertoire.

Daniel Ruch, député au Grand Conseil et syndic de Corcelles-le-Jorat s’est ensuite exprimé sur le rôle difficile des autorités impliquées. Il a expliqué que beaucoup d’ingrédients pouvaient mettre en péril les projets de l’ASIJ. En effet, les besoins en infrastructure des communes se sont vus modifiés par l’évolution scolaire en cours et les nouvelles législations en vigueur (LEO, LAT, Loi sur l’accueil de jour des enfants) tout en contrôlant l’évolution des coûts. Le défi est de taille, pour les autorités régionales, afin d’offrir les nouvelles prestations scolaires plébiscitées par le peuple vaudois, tels que l’accueil de jour en continu, et les transports scolaires, dans une fourchette de coûts qui soit acceptable pour le contribuable. Face à de tels défis, les avis sont partagés quant aux décisions à prendre et les débats sont nourris. Fort heureusement, grâce à l’engagement des élus régionaux, la démocratie a démontré encore une fois que l’union fait la force. Mais il reste encore du pain sur la planche pour terminer les nouvelles constructions régionales en cours et assurer le bon développement de notre région.

Dernière oratrice à s’exprimer, la Conseillère d’Etat Béatrice Métraux, a exprimé d’entrée de jeu une certaine émotion à inaugurer cette nouvelle extension scolaire. En effet, elle a l’habitude d’inaugurer plutôt des postes de police et des prisons et a assuré le public présent que cela lui faisait du bien de voir que l’on inaugure des collèges et des écoles. « - Parce que toutes ces jeunes têtes qui seront formées dans ces murs seront autant de têtes que je ne rencontrerai pas dans mes autres établissements. » Remplaçant sa collègue Anne-Catherine Lyon, empêchée de venir par d’autres obligations, elle a transmis le message du Conseil d’Etat et assuré l’assistance présente que le Collège du Raffort répond parfaitement aux plus récentes obligations constitutionnelles en vigueur. Mais cette construction ne s’est pas faite en un jour. Elle est le résultat de nombreux compromis et de judicieuses solutions envisagées par les autorités politiques. La planification et la réalisation d’un tel projet est une opération complexe. Et ce n’est pas pour rien qu’on appelle ce genre de construction un « complexe scolaire ». Ce projet a été rondement menée à l’entière satisfaction du gouvernement vaudois.

Le public s’est ensuite dispersé dans le bâtiment pour visiter les installations et partager l’apéritif avant que chacun retourne chez soi en début d’après-midi.



Les années marquantes de l’ASIJ :
1976 : Adoption des statuts de la première association intercommunale, comptant 120 élèves du groupement primaire et primaire supérieur de Ferlens, Les Cullayes Mézières, Montpréveyres et Servion.
1984 : Adhésion des communes de Roppraz et Corcelles-le-Jorat.
1987 : Adhésion des communes de Carrouge, Vucherens et Vulliens et création de l’AIESM, l’ancêtre de l’ASIJ.
2013 : Adhésion des communes de Forel (Lavaux) et Savigny. L’AIESM devient l’ASIJ.
2016 : Adhésion de la commune de Syens.
2017 : Inaugurations des premiers projets immobiliers de l’ASIJ (extension du Collège du Raffort en février et nouveau collège de Servion en automne).
Mathieu Janin

Mathieu Janin

Pensée socialnomique | GRI | ICT-SR | Award Corporate Communications | Conférences | Opinion | Bio | Communication 2.0 | xyz 2.o | Histoire de l'informatique | E-Commerce | ICT expos Romandie | E.glise | Röstigraben Relations | marketing non marchand | Männerchor | Mathieu Janin 1.0 | fcmv2013 | Actualité locale de Savigny et Forel (Lavaux)




Mathieu Janin : Pourquoi Breitling la pépite des montres d'aviateur suisses change de main https://t.co/UzX6LDW2LL via @LePoint
Samedi 29 Avril - 00:04
Mathieu Janin : La Télé a bouclé 2016 dans les chiffres noirs https://t.co/MXgCUlq4RB
Vendredi 28 Avril - 14:13
Mathieu Janin : Le web plombe les centres commerciaux suisses https://t.co/q7moKWYPOg https://t.co/AvBHxcOBPw
Jeudi 27 Avril - 23:41
Mathieu Janin : «L'Agefi repart sur de nouvelles bases» https://t.co/YXmLQnUltr
Jeudi 27 Avril - 23:36


Les News



Inscription à la newsletter