Mathieu Janin 2.0

4 pistes pour repenser la relation entre les relations publiques et l’inbound marketing dans le cadre d’une stratégie de communication intégrée

Jeudi 8 Novembre 2018

Si vous lisez cet article, il y a de bonnes chances que vous soyez un inbound marketeur s’intéressant à la complémentarité offerte par les RP ou que vous soyez un relationniste à la recherche d’informations sur cette tendance numérique plus récente qu’est l’inbound marketing. J’ai rédigé ce texte en tant que spécialiste bénéficiant d’une bonne vingtaine d’années d’expérience dans le secteur du journalisme, de la communication d’entreprise et des relations publiques, intimement convaincu, par de nouvelles expériences plus récentes, que les techniques de l’inbound marketing appliquées aux relations publiques peuvent grandement améliorer leur efficacité.


Tout comme le marketing, les RP servent également à développer le chiffre d'affaires d'une marque

Bien que la plupart des relationnistes soient concernés par la gestion de la réputation institutionnelle ou du développement de la marque, voire peut-être son positionnement sur le marché dans le cadre des opérations préliminaires à une vente ou avant l’entrée en bourse de son employeur, il est toujours aussi vrai, aujourd’hui comme il y a 25 ans, que la principale motivation d’une entreprise à utiliser pour la première fois les relations publiques réside dans l’acte d’aider ses employés à vendre plus de produits et de services et de les vendre plus facilement. Cette stratégie est-elle également parlante pour un marketeur ? J’imagine facilement que oui. Les cloisons départementales entre les RP et le marketing ne sont pas aussi hermétiques que certains esprits claniques mal léchés laissent parfois sous-entendre.


4 pistes de réflexion pour repenser la relation entre l’inbound et les RP

1. Le lien de la création de contenu


Les relationnistes peuvent parfois souffrir de la perception de certains membres de leur direction d’entreprise qui pensent (souvent en raison de beaucoup d’année de mauvaise exécution) que les RP ne consistent qu’à produire et envoyer des communiqués de presse avec l’espoir qu’ils soient repris et diffusés par quelques médias. 
Les bons RP sont encore considérés par beaucoup comme ceux qui connaissent bien quelques journalistes et qu’il leur suffit de mettre du contenu à disposition des journalistes pour que l’ensemble de ces derniers le lisent, le reprennent et le publient.
 Certains relationnistes parmi nous considèrent que la capacité à écrire une bonne histoire et (bien plus important) l’angle intéressant ou différent choisi reste l’apanage de notre corps de métier. Cette approche reste toujours l’une des bonnes pratiques clés de bonnes relations publiques. Et cela sonne similairement aux oreilles de l’inbound marketeur type occupé à la création de contenu, ou pas?
 Si l’on couple cette capacité à la compétence réelle du secteur des RP de créer des idées directrices éclairées pour le compte de leur clientèle (même lorsque le secteur concerné ne comprend aucun leader éclairé, cela arrive parfois ;-) et meme pour les non-initiés, le monde des relations publiques s’aligne de plus en plus avec celui du contenu. Comme le secteur de l’inbound marketing, celui des RP ne peut plus survivre sans un approvisionnement riche et continu en contenus de haute qualité.

Bien qu’apparemment différents, les domaines des relations publiques et de l’inbound marketing reposent tous deux sur la création de contenu de qualité. La production de contenu de qualité est bien ce qui fait la différence entre les bons et les mauvais communicants…qu’ils soient relationnistes ou inbound marketeurs !

2. Le lien de l’élaboration de campagnes


La production de contenus bien ciblés et optimisés pour être bien consultés en ligne représente le fer de lance de chaque campagne d’inbound marketing réussie. Sachant cela, quel est le meilleur endroit où chercher ce contenu pour vos campagnes ? La réponse coule de source : chez les RP. En effet, qui est mieux à même que les relationnistes pour produire du contenu de qualité susceptible d’alimenter votre site web, alors que ce sont déjà eux qui vous aident à créer du contenu de qualité pour vos campagnes RP traditionnelles.

Utilisez vos contenus institutionnels préexistants et révisez-les si nécessaire, plutôt que de partir de zéro, afin de gagner du temps et des efforts pour amener vos publics à entrer plus rapidement en conversation numérique avec votre marque. Utilisez également les tactiques et l’expertise RP préalablement acquise pour déployer vos contenus sous forme de billets d’opinion ou de commentaires aux endroits fréquentés par vos publics pour qu’ils soient commentés, relayés et suivis au mieux. L’inbound marketing repose sur la construction pas-à-pas de campagnes bien pensées. Le cadre des RP est prédestiné au développement de contenu structuré. Il est donc nécessaire de marier ces deux pratiques pour rendre votre marque encore plus remarquable.

3. Le lien des compétences interchangeables


Si vous êtes inbound marketeur, veillez à acquérir rapidement des compétences en relations publiques. Si vous êtes relationnistes, commencez à vous informer sur l’inbound marketing, si vous souhaitez pérenniser votre métier à l’ère numérique. 
À l’heure de la convergence des contenus et de la désintermédiation, les chargés de relations publiques cessent de jouer leur rôle d’intermédiaire entre les marques et les médias pour se voir muter en fabricants de contenus. Ils n’ont désormais plus grand monde à convaincre de publier leurs bonnes histoires en raison de la disparition ou de l’affaiblissement de la presse et des médias traditionnels. Me concernant, après avoir été journaliste, éditeur, responsable RP, je change de métier une nouvelle fois encore en devenant un fabricant de contenu qui s’édite lui-même lorsqu’il place ses contributions et utilise Google et le SEO pour diffuser ses contenus plus largement qu’il pourrait le faire en continuant de s’adresser uniquement aux éditeurs, journalistes et à leurs audiences respectives. Cela soulève la question suivante : dois-je plutôt publier mon propre contenu sur le web ou persuader quelqu’un de le faire à ma place ? Une fois encore, l’expérience du relationniste servira à trouver la bonne réponse dans chacun de ces deux cas de figure en fonction de son contexte spécifique. Les deux méthodes ont leurs avantages et leurs inconvénients. L’expert possédant de larges connaissances en RP et en inbound pourra plus facilement tirer son épingle du jeu. Si vous êtes RP, il est grand temps de faire vos armes dans l’inbound marketing. Si vous êtes inbound marketeur, gagnez de l’expérience en RP. 


4. Le lien de l’élaboration de rapports, nouveau facteur de succès des relations publiques

Depuis leur origine, les relations publiques pêchent historiquement dans la mesure concrète des résultats obtenus. En effet, comment mesurer efficacement et spécifiquement l’évolution de la notoriété d’une marque, alors que cette variable est très difficilement mesurable et peut varier en fonction d’innombrables facteurs exogènes ? Bien qu’il n’existe aucun moyen direct de mesurer l’effet direct que l’exposition d’un plan RP peut avoir sur le résultat net d’une entreprise, les statistiques récoltées dans le cadre d’opérations d’inbound marketing relatives au trafic du site et au téléchargement de contenus peuvent nous éclairer sur le volume de trafic généré directement dans le cadre d’une campagne RP, sur le nombre de visite et sur la qualité des visiteurs concernés. 
La bonne pratique consiste à considérer les activités RP comme un élément d’une stratégie de contenus plus large et admettre que tous les canaux de production et de diffusion de contenu se complètent pour générer l’exposition désirée et attirer les publics visés vers sa marque. L’intégration d’une telle sratégie permet de créer un environnement d’analyse plus homogène et de produire de meilleurs rapports. Le tableau de bord des entreprises devrait comprendre aujourd’hui l’analyse du trafic sur le site obtenu, le suivi des principaux réseaux sociaux. Le classement SEO et les taux de conversion des prospects, afin de monitorer et de déterminer la valeur ajoutée d’une campagne intégrée de relations publiques et d’inbound marketing. Les entreprises qui sauront amorcer dans les meilleurs délais ce virage sortiront du lot. Reste encore à déterminer à quel camp vous désirez appartenir.

Ce texte vous a-t-il interpelé? N'hésitez pas à partager vos réflexions avec moi, directement sur ce blog.

Je vous invite également à visiter le site Pleeaase.com, première agence francophone d'inbound PR et à me contacter si vous avez besoin de conseil et d'accompagnement dans le cadre de projet de transformation de votre agence ou de votre département RP dans l'inbound PR.
Mathieu Janin

Mathieu Janin

Pensée socialnomique | GRI | Communication 2.0 | ICT-SR | Award Corporate Communications | Conférences | Opinion | Bio | xyz 2.o | Histoire de l'informatique | E-Commerce | ICT expos Romandie | E.glise | Röstigraben Relations | marketing non marchand | Männerchor | Mathieu Janin 1.0 | fcmv2013 | Actualité locale de Savigny et Forel (Lvx), du Jorat et de la région Oron-Palézieux | Mon premier mois d'expériences avec le logiciel Builderall | Mein erster Monat Erfahrung mit Builderall | inbound, outbound, allbound | mjccd.com | 1fluenzia.com | dircom4you.ch | myMediaFactory.ch | Pleeaase.com | smartketing.ch | myBuilderall4you.ch





Les News



Inscription à la newsletter