Mathieu Janin 2.0
Pensée socialnomique
Les pensées socialnomiques sont mes pensées relatives à la communication 2.0 au quotidien de mon activité professionnelle et privée. La socialnomie représente la convergence du secteur social avec l'économie. Il se reflète dans le Permission marketing et la communication participative. Son abréviation la plus courante et l'adjonction 2.0

Découvrez la dernière version de la célèbre vidéo d'Eric Qualman sur l'évolution des médias sociaux à l'échelle planétaire.


La version 2017 se déroule dans un appartement où nous apprenons qu'il existe dorénavant d'avantage de processeurs de smartphones que de brosses à dent...Gare à la mauvaise haleine :-)


Lundi 2 Janvier 2017 | Commentaires (0)

Depuis sa création il y a une cinquantaine d’années, le marketing est en train de vivre sa troisième révolution pour ne pas sombrer face à la toute puissance du consommateur qui dispose désormais d’un arsenal redoutable pour détruire sa réputation en ligne. La mise en place et l’intensification d’un véritable partenariat gagnant-gagnant entre fournisseurs et clients est la seule voie entrepreneuriale à suivre pour ne pas sortir de la route.


L’avénement du Marketing 3.0 dans la société hyperconnectée d’aujourd’hui : Troisième mue au profit du consomActeur
Durant les vingt dernières années, l’évolution exponentielle des technologies de l’information et de la communication (TIC) a profondément impacté notre manière d’échanger et de communiquer. Le développement du Web social remet également en question les pratiques institutionnelles du marketing et de la communication. Au faîte de de puissance, le consommateur – rebaptisé entretemps ConsommActeur - désire désormais être traité sur pied d’égalité par les différents acteurs du marché et prendre une part active dans la conception de nouveaux produits afin que ces derniers répondent réellement à ses besoins et non plus aux objectifs commerciaux du marché.

C’est en s’immergeant dans l’environnement hyper dynamique des pays émergeants – plus particulièrement en Malaisie – que Philip Kotler, grand gourou du marketing depuis une cinquantaine d’années, à défini la parade des fournisseurs du marché à ce changement de paradigme : le marketing est une science évolutive en tain de vivre sa troisième grande mutation, d’ou le chiffre 3.0.

Le marketing 3.0, tel que le décrit Philip Kotler annonce l’arrivée d’une nouvelle époque qui transforme le consommateur en acteur-marketeur du marché (nom de code : « prosumer » dans son vocabulaire anglo-saxon), partie-prenante disposant des mêmes outils que l’entreprise pour exprimer son point-de-vue sur le marché.

Le consommateur n’existe plus en tant que tel. Il s’est muté en être humain mutidimensionnel émotionnel, intellectuel et spirituel. Désormais l’approche marketing se centre sur l’humain dans sa globalité. D’égal à égal avec l’entreprise.

Aujourd’hui, dans ce monde globalisé et hyperconnecté, le consommateur devient tout puissant. Il peut désormais exprimer et médiatiser son opinion tout en laissant des traces numériques qui influencent la réputation des entreprises. Cette bonne ou mauvaise réputation influence de plus en plus l’acte d’achat. Le consommateur cherche à acheter des produits et services auprès d’entreprises qui partagent les mêmes valeurs que lui et qui ne sont pas uniquement attirées par l’appât du gain commercial. Le rôle sociétal et environnemental joué par l’entreprise est devenu un critère de vente aussi important que la valeur intrinsèque du produit. L’entreprise a donc intérêt à bien se comporter auprès de ses différentes parties-prenantes pour bien vendre ses produits ou services.

Comment pratiquer un marketing 3.0 dans son entreprise ?

Kotler nous propose 10 principes, 10 crédos à suivre :
1. Aimons nos clients et respectons nos concurrents.
2. Soyons sensibles au changement, mais soyons ouverts à la transformation.
3. Prenons garde à notre nom, à notre marque. Assumons-nous avec clarté.
4. Il y a une diversité de consommateurs. Concentrons nos actions vers ceux qui peuvent d’avantage bénéficier de notre offre.
5. Proposons toujours une bonne offre à un prix raisonnable.
6. Soyons toujours disponible Partageons les bonnes nouvelles.
7. L’acquisition de clientèle reste importante. Mais il est encore plus important de garder ses clients et de grandir avec eux.
8. Quel que soit notre domaine d’activité, chaque entreprise est une entreprise de service.
9. Nous devons constamment améliorer notre processus d’affaires (qualité, coût, livraison, service après-vente).
10. L’intelligence d’affaires (business-intelligence) reste importante mais nous devons avant tout stimuler notre sagesse pour toute prise de décision commerciale et managériale.

Ces dix crédos sont désormais indispensables à toute stratégie de marketing. Personnellement cela me parle. Et vous ?

Cet article a été publié sur le site du Monde économique. Vous pouvez le lire dans sa version originale

L'association des parents d'élèves du Jorat (APE-Jorat) organise une conférence sur le thème de la parentalité face à l'utilisation d'Internet des enfants le 30 avril 2015 à la salle communale des Cullayes dans la commune de Servion. L'occasion pour moi de dresser le portrait des jeunes internautes suisses et de proposer des pistes de bonne gestion et des règles de gouvernance d'Internet et des réseaux sociaux au niveau de la famille face à des adolescents en construction qui se montrent bien souvent réactionnaires face à l'autorité parentale et ses défaillances bien souvent malheureusement existantes en matière des nouvelles technologies de l'information face à la nouvelle génération dite numérique.


Nos enfants et nos ados grandissent de nos jours dans un univers médiatique particulièrement riche. Les personnes responsables de leur éducation (les parents et leurs professeurs) s’y sentent bien souvent déstabilisées ou même dépassées et s’interrogent à juste titre : combien de temps au maximum un enfant devrait-il consacrer aux médias numériques ? quels sont les risques et opportunités qu’ils recèlent ? sur quels réseaux sociaux les enfants sont-ils actifs, dans quelle mesure, qu’y font-ils ? les risques sont-ils supérieurs aux opportunités ? à quel âge offrir son premier mobile à son enfant ? etc.
Durant cette soirée, nous vous proposons de faire un tour d’horizon et de débattre de toutes ces questions, de mieux comprendre le fonctionnement d’Internet et de gagner une vue d’ensemble des différents réseaux sociaux existants.

Nous nous intéresserons également à l’utilisation des réseaux sociaux par les jeunes suisses. Nous décrypterons leurs habitudes, analyserons leurs traces numériques et les méthodes de protection de leur sphère privée, passerons en revue les opportunités et les menaces des réseaux sociaux et des jeux en ligne, ferons des recommandations concernant l’âge idéal pour recevoir son premier téléphone mobile et aborderons le thème des achats en ligne et du téléchargement licite ou illicite de données. Pour terminer, nous dresserons les contours d’une « E-Stratégie parentale » destinée à aiguiller nos enfants sur la bonne voie numérique.

Découvrez aussi la bande-annonce de ma conférence dans la rubrique Evénements sur le site ape-jorat.ch ou directement sur Youtube.

Je vous invite également à consulter les transparents de ma conférence sur SlideShare et me tiens à disposition pour intervenir dans le cadre de votre établissement scolaire ou de votre APE si vous désirez organiser une telle conférence.



Jeudi 5 Mars 2015 | Commentaires (0)

Le paysage médiatique suisse évolue constamment. La régie Publisuisse a mandaté la société Zehnvier research & Strategy pour conduire l’étude « Medias du futur 2020 » dont le quatrième volet vient d’être publié. Comme les précédentes éditions, cette étude s’articule autour de modules qualitatifs (focus groupes, sondages en ligne) menés entre février et avril 2014.


1) Omniprésence et intensification de la vidéo ;
2) Banalisation de la consommation multiécrans et diversification des terminaux
3) L’attrait de l’utilisation en parallèle des écrans s’émousse ;
4) Consommation médias de plus en plus flexible et mobile ;
5) Premiers signes de saturation populaire face à la fragmentation de l’offre médiatique. Quelques marques phares servent de point de repère dans la jungle numérique ;
6) La télévision reste un média qui amuse, captive et détend ;
7) Les rituels de consomation média perdurent ;
8) Seules les offres média proposant des contenus spécifiques plus exigeants et plus intelligents s’imposeront ;
9) L’offre radiophonique évolue grâce à Internet ;
10) La radio reste le son du quotidien grâce à ses déclinaisons numériques, mobiles et Internet ;
11) Internet s’est imposé comme premier média d’information et de détente, toutes classes d’âge confondues ;
12) Les médias sociaux accusent leur première rides. Ils perdent du terrain et devront se réorienter pour capter l’attention de l’internaute ;
13) L’avenir publicitaire est aux médias électroniques ;
14) La publicité TV reste une valeur sûre et garde sa place de plate-forme d’influence concernant les décisions d’achat
15) La publicité de 2020 sera plus surprenante, plus passionnante et plus performante qu’aujourd’hui
16) La composante audio des spots publicitaires gagne en importance lorsque l’internaute consulte ses autres écrans durant les pauses TV publicitaires ;
17) Le trio gagant : TV, Internet et médias sociaux. La TV reste le meilleur média pour renforcer la notoriété et l’image de marque. Internet favorise les intentions d’achat et les médias sociaux favorisent la fidélisation des consommateurs.
18) Importance croissante du contexte dans lequel la publicité s’insère
19) Tendances publicitaires vers le qualitatif. Renforcement de la personnalisation publicitaire et imbrication plus étroite du contenu médias et des annonces. Les changements les plus importants sont attendus dans la publicité en ligne ;
20) Le principal défi de demain : trouver le mix crossmédia parfait avec un dosage optimal de contenus et de canaux. Autre enjeu : tirer le meilleur parti possible des technologies existantes.

En conclusion, Publisuisse nous recommande

  • de continuer à miser sur les médias électroniques. L’utilisation d’Internet ne devrait pas faiblir d’ici 2020. La radio et la TV continueront de nous accompagner au quotidien. La presse recule, budgets publicitaires compris ;
  • la publicité gagne encore en mobilité. Le succès croissant des tablettes et des smartphones encourage le multimédia nomade sur différents écrans ;
  • miser sur les nouvelles habitudes de consommation média. Utiliser plusieurs médias en parallèle, création de nouvelles possibilités publicitaires en créant des liens plus intelligents entre la pub traditionnelle et Internet ;
  • Ne pas submerger les consommateurs qui saturent de plus en plus. Entretenir la marque et pouvoir compter sur quelques médias phares auxquels le consommateur peut se référer;
  • Combiner judicieusement TV, Internet et les médias sociaux;
  • Rester passionnant au niveau du contenu proposé. S’adresser différemment à ses clients à travers différents canaux de communication. Avoir un fil conducteur et construire des passerelles narratives d’un média à l’autre, raconter des hitoires captivantes,
  • Expérimenter de nouvelles formes publicitaires pour sortir du lot sans pour autant s’éparpiller ;
  • Miser sur la qualité du contenu et du contexte de diffusion (programme et la qualité des contacts publicitaires.

Les résultats de l’étude peuvent être téléchargés sous forme de brochure auprès de Publisuisse.


Vendredi 3 Octobre 2014 | Commentaires (0)

Durant les vingt dernières années, l’évolution exponentielle des technologies de l’information et de la communication (TIC) a profondément impacté notre manière d’échanger et de communiquer. L’avénement du Web social remet en question les pratiques institutionnelles du marketing et de la communication.


Le marketing 3.0, tel que le décrit Philip Kotler annonce l’arrivée d’une nouvelle époque qui transforme le consommateur en acteur-marketeur du marché (nom de code : « prosumer » dans le vocabulaire de Kotler), partie-prenante disposant des mêmes outils que l’entreprise pour exprimer son point-de-vue sur le marché.

Le consommateur n’existe plus en tant que tel. Il s’est muté en être humain mutidimensionnel émotionnel, intellectuel et spirituel. Désormais l’approche marketing se centre sur l’humain dans sa globalité. D’égal à égal avec l’entreprise.


Durant ces vingt dernières années, les attentes du consommateur ont fortement évolué. Il peut désormais exprimer et médiatiser son opinion tout en laissant des traces numériques qui influencent la réputation des entreprises. Cette bonne ou mauvaise réputation influence de plus en plus l’acte d’achat. Le consommateur cherche à acheter des produits et services auprès d’entreprises qui partagent les mêmes valeurs que lui et qui ne sont pas uniquement attirées par l’appât du gain commercial. Le rôle sociétal et environnemental joué par l’entreprise est devenu un critère de vente aussi important que la valeur intrinsèque du produit. L’entreprise a donc intérêt à bien se comporter auprès de leurs différentes parties-prenantes pour bien vendre.

Comment pratiquer un marketing 3.0 dans son entreprise ?

Kotler nous propose 10 principes, 10 crédos :
1. Aimons nos clients et respectons nos concurrents.
2. Soyons sensibles au changement, mais soyons ouverts à la transformation.
3. Prenons garde à notre nom, à notre marque. Assumons-nous avec clareté.
4. Il y a une diversité de consommateurs. Concentrons nos actions vers ceux qui peuvent d’avantage bénéficier de notre offre.
5. Proposons toujours une bonne offre à un prix raisonnable.
6. Soyons toujours disponible Partageons les bonnes nouvelles.
7. L’acquisition de clientèle reste importante. Mais il est encore plus important de garder ses clients et de grandir avec eux.
8. Quel que soit notre domaine d’activité, chaque entreprise est une entreprise de service.
9. Nous devons constamment améliorer notre processus d’affaires (qualité, coût, livraison, service après-vente).
10. L’intelligence d’affaires (business-intelligence) reste importante mais nous devons avant tout stimuler notre sagesse pour toute prise de décision commerciale et managériale.

Ces dix crédos sont désormais indispensables à toute stratégie de marketing. Personnellement cela me parle. Et vous ?

Marketing 3.0 : vers un marketing qui valorise la dimension humaine


Vendredi 11 Juillet 2014 | Commentaires (0)

En ce début d’été 2112, Auguste J. affichait une mine satisfaite. Il venait en effet de décrocher la timbale : un stage post-études auprès de CoTaPu, le plus grand groupe lémanique fondée nonante ans plus tôt par son arrière-arrière grand-père, et quelques collègues du GRI pionniers de ce qu’on appelait jadis « les nouvelles technologies de l’information et de la communication ».


Anticipation communicatique en 2112 :La pub est morte vive CoTaPu
En l’espace d’un siècle, le secteur de la communication avait vécu une évolution sans précédent. La télépathie avait remplacé la fibre optique. Tout comme la région lémanique d’ailleurs, qui avait détrôné la région zurichoise, cinquante ans auparavant, comme principale région économique de la Suisse, l’un des pays fondateur des Etats-Unis d’Europe. Cette nouvelle confédération européenne a été créée à l’horizon 2020 sur les cendres encore chaudes de feu l’Union Européenne, après une crise sans précédent, débutée en 2015 et qui suivit l’ultime crash boursier du 21e siècle : le point final du néo-capitalisme et de ses excès spéculatifs et le point de bascule de l’ère du développement durable pour tous.

Près de cent ans plus tard, l’humanité vivait mieux. De façon plus équilibrée et en accord avec la nature. Ce progrès était principalement dû à l’internationale écologique qui avait su le mieux tirer son épingle du jeu lors de la reconstruction qui suivit.

Désormais, la civilisation faisait corps avec la nature. L’informatique verte avait fait oublier l’ère du silicium. Les processeurs nano-bio-technologiques équipaient dorénavant l’infrastructure informatique du monde entier dans le cadre d’un plan globalement intégré de développement durable.

Auguste pensa avec émotion à son aïeul. Quelle idée de génie avait-il eu le jour où l’idée du concept de CoTaPu (Consume Target Publicity and get paid for) avait germé dans son cerveau : Eradiquer la publicité intrusive par de l’information commerciale permissive et valorisante pour le consommateur. Le projet avait fait son chemin et avait sauvé, en l’espace d’une décennie à peine, les principaux opérateurs de la nouvelle économie de l’époque (Google et Facebook pour ne citer que deux enseignes de l’époque les plus connues). Le projet CoTaPu ressuscitait leurs plans d’affaires mis à mal par le refus croissant de la population du globe de consommer contre leur gré des messages publicitaires non sollicités. Pourquoi continuer à utiliser un réseau social qui vous abrutissait de publicités barbantes? La population ne supportait plus ce reliquat commercial du vingtième siècle qui lui laissait croire que les entreprises la considéraient comme une masse de cerveaux malléable à souhait. L’humanité valait plus que son quota d’abrutissement commercial intrusif. C’est ce qu’avait compris l’ancêtre d’Auguste un peu avant les autres. La publicité devait disparaître de nos écrans pour renaître sous une forme plus valorisante. Une forme plus intéressante et plus participative qui proposait désormais l’information désirée au moment choisi par la simple force de la pensée.

Depuis sa création, la fondation CoTaPu gérait les intérêts de l’humanité et les protégeait des appétits dévorants des acteurs économiques. La fondation faisait écran à leur soif de croissance commerciale tout en laissant transiter la bonne information vers le prospect intéressé contre une faible rémunération dont une partie était rétrocédée au client. Tout le monde y gagnait :les clients comme les marchands. Et plus personne ne pouvait s’en passer. Le Graal de la communication d’entreprise avait été découvert en Suisse et pas au Etats-Unis d’Amérique. Décidément le monde avait bien changé depuis l’an 2012. Et Auguste était fier d’être Suisseuropéen…presque autant que de son arrière-arrière-grand-père.

L'ouvrage intitulé Digital Leader, cite des exemples de la vie réelle et expose les recherches exhaustives de M. Qualman pour résumer les cinq clés de la réussite et les moyens d'exercer une influence pour un leadership efficace dans le monde numérique d'aujourd'hui.


Erik Qualman publie un nouveau livre
Occupé actuellement à promouvoir son nouvel opus, Erik Qualman explique que « Dans cet ouvrage j'aide les gens à mieux vivre dans ce monde numérique d'aujourd'hui et j'explique comment de petits changements peuvent modeler ce que leur héritage numérique ressemblera dans 100 ans », a indiqué M.Qualman, professeur au Hult International Business School. « Nous laissons constamment une empreinte numérique, mais il y a aussi une trace numérique - il s'agit de ce que les autres personnes écrivent sur vous. Même si vous évitez les nouvelles technologies, ce que vous faites hors connexion sera affiché en ligne par d'autres personnes, créant ainsi une trace numérique. Aux États-Unis, 92 % des enfants de moins de 2 ans possèdent déjà une trace numérique. »

Le livre est disponible en version anglaise ici.

Ce désormais grand classique de la filmographie socialnomique met en perspective la révolution numérique qui est en marche à l'aide d'exemples actuels. A consommer sans modération;-)...




Vendredi 3 Février 2012 | Commentaires (0)

Les médias sociaux nous aident à créer des ponts avec notre clientèle. Depuis que nos actions numériques sont visibles et indexées sur le web, la publication de chaque information numérique contribue à visibilise la ou les marque(s) que nous représentons.



En transmettant à nos collaborateurs les connaissances, les conditions-cadres et les objectifs nécessaires et en leur permettant de publier de l'information à valeur ajoutée, nous contribuons à valoriser notre organisation sur le web. Déléguer ces compétences à tout ou partie de nos collaborateurs nous permet de créer plus de contenu et d'augmenter notre visibilité sur le web et à développer la fibre sociale de notre entreprise pour mieux satisfaire nos clients.

Les médias sociaux sont la composante d'une stratégie de communication et de marketing intégrée globale. Dans le cas contraire, l'échec est programmé.


Les disciplines de la communication évoluent constamment. Ce qui était moderne hier devient obsolète et l'on ressort souvent de vieux concepts de tiroirs poussiéreux pour les remodeler en les numérisant à la mode du jour. Poutant le principe de focalisation sur sa clientèle n'est pas né de la dernière pluie et existe depuis que l'homme a débuté son activité commerciale dans la nuit des temps.

Mais l'avénement des médias sociaux rejette à la face du monde une vérité entretemps oubliée que la population dispose d'une voix puissante (les romains l'appelaient la Vox Populi) qui démocratise la transmission de contenu sur l'ensemble du globe relié à Internet.
Cette transformation profonde détruit définitivement le système médiatique unidirectionnel que nous avons connu avant la création du World Wide Web, il y a vingt ans. Désormais chaque internaute représente une pièce du puzzle (ou une pion de l'échiquier) mondial de la conversation sociale. La hierarchie médiatique d'hier est en train de s'effondrer pour céder la place aux nouveaux influenceurs des médias sociaux. Ces derniers ont gagné leur popularité à la force de leur contenu à valeur ajoutée et non pas en raison de la richesse de leur actionnariat. C'est une représentation éclatante de la démocratie numérique.

Le secret de la bonne utilisation des médias sociaux ne réside pas dans l'aspect technologique de ces nouveaux outils de communication mais dans leurs dimensions anthropologique, sociale et ethnographique.



Ces nouveaux services proposés sont des évolutions de nouveaux et anciens médias et de leurs processus de fonctionnement respectifs qui les font graviter entre les différentes dimensions de la communication, telle que la publicité, les relations publiques, le service clientèle, la communnication commerciale, les ressources humaines, les ventes et le lobbying.

Nous choissssons les meilleures pratiques de chacune et leur rajoutons une plus-value sociale en introduisant le mode de conversation sociale.

Dès lors, la communication devient réellement interactive et est continuellement alimentée par cette conversation sociale qui dépend de la fréquence de communication et du nombre de ses parties-prenantes.

L'utilisation des médias sociaux n'est pas uniquement réservée aux entreprises. Ce sont des outils très efficaces pour fédérer et informer une audience, et ce même pour des projets à durée éphémère.



Hier j'ai réservé une page Facebook ainsi qu'un fil Twitter pour le compte de la Fête Cantonale Vaudoise des Musiques Populaires qui aura lieu à Savigny au mois de mai 2013. Soit un peu plus de deux ans à l'avance.

Même s'il n'y avait pas urgence, il est important d'occuper le terrain et de réserver son nom de marque sur l'ensemble des médias électroniques à disposition. On pourra toujours renoncer à l'utilisation de certains médias marginaux en temps voulu. Sinon, l'organisateur d'un tel événement pourrait s'en mordre les doigts.

Je vous invite à faire de même et à travailler toujours en amont. C'est un investissement qui en vaut la peine.

Qui est le grand gagnant de l'affaire DSK? Difficile de ne pas parler de ce thème dans le cadre de cette colonne puisque elle a fait la une de l'actualité depuis deux semaines en France, en Amérique mais également en Suisse où toutes les émissions et les médias y ont consacré des une visibilité considérable. Faisons donc de même puisque le sujet est vendeur ;-)


A qui profite le crime? Certainement un peu à la droite française et à son président le la république actuel Nicolas Sarkozy. Du moins à court terme. Mais certainement beaucoup plus aux médias sociaux et plus particulièrement au service de micro-blogging Twitter qui est devenu en l'espace de quelques mois, le premier relai d'information incontournable de tous les événements planétaires (mort d'Oussama Ben-Laden, soulèvement populaires en Tunisie, Libye, Egypte, Syrie, Maroc, etc.).

Ce qui est nouveau avec l'affaire DSK, c'est que de plus en plus de journalistes travaillant pour des médias traditionnels utilisent ce système de messagerie courte pour relayer l'information en direct à leurs rédactions en même temps qu'à leurs audiences respectives afin de ne pas perdre de temps pour informer l'opinion publique.

La chaîne d'information française BFM est particulièrement douée à ce nouveau jeu. Contrairement à sa consoeur nationale France 2 qui utilisait toujours le bon vieux SMS pour relayer l'information de la salle du tribunal new-yorkais où se trouvait Dominique Strauss-Kahn. Le résultat est là: France 2 avait un retard d'un quart d'heure sur BFM pour relayer de l'information.

Il est vrai que le micro-blogging présente un avantage certain sur le SMS: il est ouvert et gratuit et peut donc se propager immédiatement dans le public, ce qui n'est pas le cas pour le SMS.

La période actuelle que nous vivons est très intéressante car elle démontre une évolution très rapide des médias et des pratiques journalistiques afin de gagner en efficacité. Twitter profite de ce phénomène car il nous permet de consommer de l'information en temps réel depuis n'importe quel endroit de la planète relié à la toile.

Le retour sur investissement est l'un des principaux freins des activités de marketing et de communication. On reproche souvent aux communicateurs et aux marketeurs de dépenser beaucoup d'argent dans des campages dont l'efficacité n'est pas prouvée. Jay Conrad Levinson nous fournit quelques pistes afin de casser cet image du marketing considéré comme centre de coût et non pas comme centre de profit. Voici une vingtaine de types de retours sur investissement à la sauce Guérilla:




  • réputation
  • réduction du risque
  • rétention de la clientèle
  • efficacité
  • veille concurrentielle
  • différentiation
  • association de marque
  • RP et exposition médiatique
  • revenus immédiats
  • revenu à long terme
  • capacité de développement de l'offre
  • changement/évolution de perception
  • évolution du recrutement de personnel
  • innovation
  • éducation de la clientèle
  • développement de la capacité de travail des collaborateurs
  • croissance du réseau
  • création d'opportunités
  • satisfaction au travail
  • développement du climat de confiance

Ces vingt axes devraient nous permettre plus facilement de fixer des objectifs mesurables avant tout projet de campagne.

Le guérilléro du marketing social dispose d'un arsenal d'outils aussi complet qu'efficace lorsque ils sont bien choisis en fonction d'une situation donnée. Même s'il compte près d'une centaine d'outils différents, il en utilise généralement une quinzaine dans le cadre de son activité professionnelle.



  • un smartphone avec un abonnement permettant de télécharger des données
  • un ordinateur portable
  • une caméra vidéo numérique
  • un appareil photo numérique
  • un bon microphone
  • un accès le plus large possible aux réseaux wifi urbains
  • une webcam
  • un logiciel d'édition graphique et photographique
  • un logiciel d'édition audio
  • un logiciel d'édition vidéo
  • un gestionnaire de contacts et de CRM
  • un navigateur équipé de plug-ins sociaux
  • un profil Facebook
  • des pages Facebook dédiées à vos activités
  • des groupes Facebook
  • des événements Facebook
  • des applications Facebook
  • un profil Linkedin
  • Linkedin SlideShare
  • Linkedin Google Presentations
  • Linkedin Twitter
  • Linkedin Blog Import
  • Linkedin Groups
  • Linkedin Answers
  • Linkedin Events
  • un compte Orkut si vous êtes actif au niveau international
  • un compte Hi5 si vous êtes actif au niveau international en Amérique du sud et dans le secteur hispanique
  • un compte Xing si vous êtes actif dans le secteur germanophone
  • un compte Ecademy si vous êtes actif en Grande-Bretagne
  • un compte Brazeencareerist. com si vous désirez interagir avec la génération Y anglophone
  • un compte Ning.com si vous désirez créer des réseaux sociaux pour vos différentes communautés à l'exemple de www.communicationromande.ch, le réseau des professionnels suisses romands de la communication
  • un compte Twitter
  • un profil complet sur Twitter avec votre lien internet, votre bio en 160 signes et une mise en page personnalisée
  • une ou plusieurs listes Twitter publique
  • une ou plusieurs listes Twitter privées
  • des actualisations régulières de votre statut sur Twitter
  • un compte Friendfeed
  • un raccourcisseur d'URL
  • Tweetdeck
  • Hootsuite
  • SocialToo
  • Seesmic
  • Ping.fm
  • un logiciel de transmission de photos tel que Flickr ou Picasa
  • SlideShare
  • Scribd
  • Podcasts
  • YouTube
  • Viddler, un cousin de YouTube qui permet la diffusion de vidéos plus longues que 10 minutes
  • un service de mise au concours de vidéo tel que Strutta
  • Médias sociaux de diffusion en temps réel tel que Ustream
  • justin.tv
  • Skype
  • Coveritlive
  • TinyChat
  • systèmes de webcast et de téléconférence tel que Screencasting
  • votre propre page web
  • Forums de discussion
  • microsites
  • alltop.com, le kiosque virtuel de journaux créé par Guy Kawasaki
  • votre blog
  • Wordpress.com
  • wordpress.org
  • thèmes graphiques wordpress pour optimiser la mise en page de votre blog
    plug-ins wordpress, tels que:
  • all in one SEO
  • Share This
  • TweetThis
  • Google Sitemap Generator
  • Powerpress
  • plug-in Google Analytics
  • WP-touch
  • WP-o-Matic
  • Akismet pour stopper le spam posté sur votre blog
  • WP-to-Twitter
  • Wordpress.com Stats
  • un système de commentaire sur votre blog, tel que
  • Disqus
  • IntenseDebate
  • WordPress
  • un système de gestion du contenu (CMS)
  • RSS Feeds
  • FeedBlitz
  • Yahoo Pipes
  • Wikis
  • votre-nom.com
  • .tel un site qui affiche vos coordonnées téléphoniques et développe votre visibilité en ligne
  • votre-marque.com
  • votre-produit.com
  • Tumblr
  • posterous
  • foursquare
  • Brightkite
  • Facebook Mobile
  • Qik
  • search.twitter.com
  • Twitter Grader
  • Backtype.com pour indexer les dialogues publiés sur votre blog
  • backtweets.com
  • twellow.com
  • postrank
  • radian6
  • attensity360 Community pour monitorer votre marque sur les médias sociaux
  • twazzup.com pour visualiser le buzz créé sur Twitter concernant un mot clé
  • Post Rank Analytics
  • un système de paiement électronique pour commercialiser
  • Blog Directories
  • Podcast Directories
  • iTunes
  • Twitter Directories (Klout.com, Twellow.com, Twibes.com, wefollow.com, Twitterholic.com, etc.)
  • Google Apps (Gmail for business, Google calendar, Google docs, Google Groups, Google Sites Secure, Google Video)
  • Google Profiles
  • Google Friend Connect
  • Google Wave
  • Google Alerts
  • Google Feed Reader
  • Google Feed Bundles
  • Google Buzz
  • Google+
  • votre signature d'e-mail
  • une newsletter via e-mail
  • Meetup.com pour promouvoir vos events. Au niveau local vous pouvez utiliser Rezonance.ch
  • etc..., cette liste se modifie chaque jour avec l'arrivée de nouvelles applications payantes ou gratuites. Il s'agit donc d'ouvrir l'oeil...

Connaissez-vous les 10 principaux attributs du marketing social de guérilla? Jay Conrad Levinson les liste comme suit:




1. le nom

2. une stratégie de marque forte et extravertie

3. un positionnement de marque exprimé à travers l'écoute et le dialogue

4. la qualité de ses produits ou de ses services

5. une distribution adaptée aux besoins de sa clientèle

6. une promotion basée sur la distribution gratuite de services pour pouvoir acquérir une première expérience de la marque avant d'acheter son produit ou service axé sur ses véritables besoins (particulièrement aisé à implémenter dans le secteur du logiciel)

7. un programme de référencement et de récompense envers sa clientèle

8. un comportement empathique et crédible

9. une stratégie de communication des bonnes pratiques de sa clientèle basée sur l'authenticité et la vérité

10. l'investissement dans sa réputation de marque



Les marques Guérilla sont faciles à comprendre lorsqu'elles expriment leur raison d'être au public. En exprimant efficacement sa raison d'être, la marque s'assure également un bon positionnement dans la tête de son public.




L'utilisation de Twitter nous apprend la concision. Je vous invite à décrire votre domaine professionnel d'activité en 140 signes (environ 18 mots).

Pour ma part, je me décris comme suit:"Swiss consultant in integrated communications, Röstigraben Relations, Hub Management, Community Management and Social Networking". La concision nous apprend la précision et le positionnement. C'est un bon moyen pour sortir du lot.

Utilisez votre positionnement Twitter partout ou ce sera possible. C'est un bon moyen d'asseoir votre positionnement, tel un Elevator Pitch.


Samedi 1 Octobre 2011 | Commentaires (0)

Les marques Guérilla authentiques répondent à plusieurs critères:



· Elles promettent et affirment des éléments qui sont valables et peuvent être communiqués aujourd’hui, demain et à l’infini.

· Elles sont orientées vers leur clientèle et commercialisent des produits et services réellement désirés par les consommateurs.

· Elles sont consistantes dans leurs messages nuit et jour durant toute l’année et sur l’ensemble du globe.

· Elles ne se pervertissent pas à court terme par appât du gain mais visent l’excellence à long terme

· Elles se savent faillibles. Chaque marque peut avoir des imperfections et des faiblesses qui seront corrigées afin de mieux correspondre aux véritables besoins de leur clientèle

· Elles sont accessibles pour leur clientèle. Pas de tour d’ivoire. Pas de méandre qui viendrait perturber la bonne relation à la clientèle.

· Elles se focalisent sur différents domaines de compétence véritable et d’expertise qui sont valorisés par la clientèle.

La frontière entre notre vie privée et notre vie professionnelle s’estompe de plus en plus.



Auparavant, seuls les personnalités publiques et les chefs d’entreprise étaient soumises à ce problème. Désormais, nous sommes tous dans le même bâteau.

Il s’agit de gérer notre vie comme si nous étions filmés 24 heures sur 24 par nos voisins, nos collègues de travail, nos concurrents, nos amis.

Comportons-nous de façons exemplaire et nous n’aurons pas de problème. Au travail, cela nous paraît évident, mais également à la maison et dans notre sphère privée, sous peine de voir nos défauts apparaître sur la scène publique un jour ou l’autre.


Jeudi 29 Septembre 2011 | Commentaires (0)

Avant l’arrivée des médias sociaux, le pouvoir médiatique appartenait aux grandes entreprises. Il leur était facile de se faire une bonne réputation médiatique à grands coups de campagnes publicitaires.



Aujourd’hui se cache derrière chaque internaute un journaliste, un photographe, un cameraman, un présentateur, un producteur de contenu. Nos téléphones cellulaires se transforment en véritables centres de presse susceptibles d’informer le monde en temps réel lorsqu’un événement se produit (cf. la mise à mort d’Oussama Ben Laden par l’armée américaine relayée en temps réel sur Twitter par un voisin).

Qu’on le veuille ou pas, nous sommes constamment sous les feux des projecteurs de nos voisins.

Que ce soit en tant que personne ou en tant qu’entreprise, nous devons veiller à maintenir une bonne réputation car chacun des personnes qui interagissent avec nous peuvent publier des informations qui influenceront notre réputation de façon positive ou négative selon nos actions et selon la représentation de nos actions dans leurs têtes (ce qui est beaucoup plus difficile à prévoir).


Mercredi 28 Septembre 2011 | Commentaires (0)
1 2 3 4 5 » ... 7



Mathieu Janin : 5 people followed me and 4 people unfollowed me // automatically checked by https://t.co/7kCTRDR81I
Mercredi 22 Février - 04:14
Mathieu Janin : La SSR lance une app pour l'intégration des migrants https://t.co/S8LwiumO4R https://t.co/jmyU0UduVo
Mardi 21 Février - 16:58
Mathieu Janin : Kudelski conclut un partenariat avec Twitter https://t.co/4DBoQJM8w8 https://t.co/n7YXCTnApf
Lundi 20 Février - 23:34
Mathieu Janin : La Suisse et l'UE discutent des véhicules autonomes https://t.co/A4N0myJQFN
Lundi 20 Février - 14:51


Les News



Inscription à la newsletter